an image

 

Beethova Obas
1964 -   

 Reconnu pour sa simplicité , sa sincérité et l’attention  qu’il procure a ses textes , Beethovas ,  à l’automne de ses vingts ans,  projetait dejà l’allure d’un grand artiste.

     Fils de Charles Obas et de Alice Juste , Beethova grandit à la ruelle Ange Marie Gousse sise à Arcachon, sur la grande route de Carrefour. Il apprit les premières lettres de l’alphabet de Madame Agnant , directrice  d’une école qui portait son nom  et ses études secondaires , il les a terminées au College Saint Pierre de Port –Au - Prince .

    A l’age de cinq ans , son père Charles Obas , accordeoniste et artiste peintre , fut enlevé à son affection par la machine Duvalieriste . Sa mère, tante Alice, comme on l’appellait dans le quartier, aidé de son frère, Juste, qui travaillait à la Douane de Port –au-Prince avaient  beaucoup lutté pour combler  le vide qu’a  causé le départ prématuré de Charles Obas. 

    Ainé d’une famille de cinq enfants , Beethova dut mettre son habit d’adulte pour que ses quatres frères , Klebert ,  Alix , Longhy et Emanuel deviennent des citoyens honettes , responsables , dignes de foie quand sa mère , Alice, rejoignit son père au royaume de Jeovah . Ces jeunes gens apprenaient a tout faire , ils devenaient , coiffeur , tailleur , artiste peintre , musicien , parolier ect . .

     Il était dans le maquis comme tant d’autres artistes qui s’exprimaient avec velléité et se cachait de tres souvent avec Manno Charlemagne chez un prêtre vodou du nom de Drivé qui résidait a Cotes Plages 22 . En depit de la fidélité de Drive au régime d’alors , il les protégeaient en tant qu’enfants du quartier et musiciens du groupe Djapeople  .              

     En 1988 , au concours Découvertes de Radio France Internationale . Beethova fut décerné le titre de meilleur  jeune chanteur . Toujours au cours de la même année , il fut le gagnant d’un concours musical parrainé et organisé  par American Airlines avec  ‘Lagel , une chanson ou le peuple saisit son message et inlassablement fredonne le refrain ‘ lagel ; lagel , lagel . En un clein d’oeil , Beethova devenait la coqueluche des patriotes
frustrés , l’ami , le frère que bien des familles auraient aimé avoir  . En 1989 , il décrocha le prix de meilleur troubadour au festival international des troubadours du monde à Curaço .
    
     Après qu’il écrivit plusieurs chansons pour son frère , Emmanuel et Emelyne   Michel , il décida en 1990 de publier  son premier CD titré ‘ Le Chant De La Liberté’ avant meme qu’il eusse terminer ses etudes de musique a l’Universite de Portorico . Il fut au septième ciel quand Malavoi l’invita à participer à une tournée internationale qu’il entreprenait .

    En 1994 , il cueillit des lauriers au fesival des Francofolies et du Printemps de Bourges . Pendant ces spectacles , la nature mélancolique de ses mélodies et de sa poesie a fait réver les spectateurs de tous les âges .       

    Apres d’inombrables succès , sur les ondes des stations de radio haitiennes et de Radio France Internationale , son voyage au Japon , en 1996 , avec Eddy Prophete et Azor s’ajoutait a d’autres succès dejà acquis .

     En 1998 , il connut des heures de triomphe au New Jersey Performing Art Center quand il performa sur la meme scene que Guy Durosier et Edner Guignard ; ses aines . En chantant , Nou Pa Moun et Si , a  un grand spectacle culturel  de la AMHE , Chapitre de New Jersey  , Beethova  manifesta le meme aura  des annees precedentes , celle d’un musicien adule qui veut plaire a son publique en interpretant de jolies chansons . 

     En1999 , Neg Kongo et Jwet mab , deux chanson tirées de son dernier CD se maintenaient au palmarès pendant plusieurs mois . C’était tout naturel a ce qu’il crée un autre refrain pour son peuple .

     En l’an 2000 , il passa ses premiers  accords  au Lincoln Center dans la capitale du monde en présence d’une foule énergetique . Au lendemain du concert , il recut d’excéllentes notes du New York Times .

     En l’an 2001 , la ville lumieres l’a ouvert les bras lors de la celebration du dix huitieme aniversaire du festival Banlieu Bleues et son CD Planet la a plu au plus grand nombre .

    En l’an 2003 , malgre tout , il commence a avoir foi en son destin . La belle histoire d’amour et d’amitie qui l’attache a son peuple n’a pas cesse de croitre .Il interroge la legitimite et l’utilite de certains de nos etablissements scolaires     

Anwe lekol bolet yo
Lekol primaire , secondaire, adultere
Peyim nan pa konn li
Yo fe lekol two che pou li

     Ye Swa , chanson tiree du  CD Kem Poze , traduit la nature melancolique de ses chansons , l’essence de son art . Au festival annuel du Jazz a Montreal , ildonna a l’auditoire un bref apercu de son approche multiculturel . Il fut ovationne , applaudi par la foule comme un vrai ambassadeur de notre musique .

     Les chansons de Beethova  reflettent tout ce qui est humain , elles varient du concepte de liberte jusqu’a la destruction de la couche d’ozone . Sa melancolie semble etre eternelle pacequ’elle traduit  l’etat d’ame de son peuple . Ce n’est pas sans raison que les themes qui lui viennent toujours a coeur sont le pays , les abus , l’inquietude maternelle , l’amour d’une mere pour ses enfants ect .. .    

                                                                                                   Adrien B. Berthaud