an image


 Orchestre Citadelle

    Il ne faut pas confondre le Jazz Citadelle du Nord et l'Orchestre Citadelle du bas peu de chose qui changea son status de Cojunto Citadelle a celui d'Orchestre Citadelle en 1950. Fondé par Hercules Rousseau, René Diogène et Willy Fréderique en 1949, la petite histoire rapporte que Hercules Rousseau sollicita les services du maestro Nemours Jean Baptiste pour l'aider a améliorer l'orchestre .

    Au debut des années 50, l'orchestre eut comme trompetistes, Diogène , Alfred Dorlette et Larose qui revenait juste de Cuba. A la batterie, Daniel Mayala, au tambour, Hercules Rousseau, et à la basse Augustin Fontaine. Après un remaniement de l'orchestre, Victor Flambert, Alcindor et Charles Dessalinnes assuraient la section des instruments a hanches, Claude Boco et André Toussaint devinrent les chanteurs de Citadelle. Cependant quand Fito Ferrier (Sax Ténor) assura la direction de Citadelle, Willy Lamothe et Louis Fombrun, propriétaires de Musseau Records imposa à l'orchestre Auguste Durosier pour graver un disque dont la sortie engendrait une place spéciale pour l'orchestre Citadelle. Maria levé, Pawol la palé, Kok la chanté dominaient les ondes radiophoniques à la fin de 1956 et au debut de 1957. Malgré tout, Auguste Durosier ne fut jamais un membre de l'Orchestre Citadelle. Toutes fois, il eut un moment historique avec l'orchestre et Louis Lahens.

    Quand Boco laissa Citadelle pour des raisons de santé et l'adoption de 'Kok la chanté par les fignolistes comme thème ou indicatif musical, l'orchestre tirait la vache par la queue. Les musiciens venaient toujours y répéter mais, l'orchestre ne pouvait trouver de contrats, le marche leur était fermé. Pour une bonne période, son nom était inscrit dans le cahier noir ou se figuraient les organisations ou personnes à tendances subversives.

    Au cours des années 55 -56, Luc Mondésir devint assistant directeur et arrangeur de l'Orchestre Citadelle. En 56-57 Frank Brignole saxophoniste alto alla joindre Nemours Jean Baptiste et Aux Calebasses parceque l'eau coulait plus frais là bas . Pendant la période qui suit , Louis Lahens continua a chanter les méringues précédemment interpretées par Auguste Durosier. Cependant, Louis Lahens avec sa voix crystalline ne pouvait à lui seul restaurer le prestige de l'orchestre. Il a fallu attendre l'arrivé d'un jeune home à peine sortie de l'école, un troubadour à voix de velours pour que Citadelle renaisse. Par chance, ou par hazard, un fanatique denommé Edner Lalane introduisit Leconte Villvalex, ce troubadour dont je parlais plus haut, à Diogène et Mondésir. Ces derniers, ayant aimé la voix de Leconte, prirent la décision de l'introduire au grand public du Théatre De Verdure qui approuva le jeune chanteur. Le reste est chose notoire. Leconte conquit le pays tout entier avec 'Ma brune et Complaintes d'amour, ou Mon bel ange'

                                               Tu ne veux pas me croire
                                                Mais pourquoi mon bel ange
                                                Je t'aime oui je t'aime
                                                Profitons donc chérie
                                                De ce temps silencieux
                                                Pour trouver le bonheur

    Cependant, la chanson qui jusqu'aujourd'hui fait les délices de tous est 'Choubouloute.' Le sublime est imbibe dans la conception romantique du texte et de l'arrangement. D'après ce que Leconte me raconta au télephone, Choubouloute est une composition de Walter Scott. Ce dernier jouait a cette époque le piano dans l'orchestre de Murat Pierre, il voulut à ce que Leconte transmette ce message d'amour et de tendresse à tous ceux qui passaient leur temps à copier des chansons de romance. Toujours d'après Leconte, Pierre Blaim crut que Scott allait lui demander de chanter cette chanson parcequ'ils appartenaient au même orchestre.

    Leconte m'affirma quand il entendit Choubouloute pour la premiere fois , il ne l'aimait pas . Mais, Luc Mondésir lui donnait la guarantie que cette chanson sera merveilleuse après qu'il l'ait arrangée .

                                               Choubouloute, choubouloute
                                               Choubouloute, ma chère amie
                                               Des le premier jour
                                               Mon coeur hélas!
                                               T'avais suivie (ALP 1279 )

    L'orchestre Citadelle n'a gravé que deux disques. Un d'entre eux porte les étiquettes Musseau Records avec les chanteurs Louis Lahens et Auguste Durosier et l'autre fut imprime par Ansonia (ALP 1279). Sur cet album resonne la voix de Leconte Villevalex.


                                                                                                           Adrien B. Berthaud

 

 

 

Leconte Villvalex
Leconte Villvalex