an image

 

Orchestre Latino

 Confondre L’ensemble Latino des années 50 et Les Groupes Latino des années 60 et 70 est une abérration. Ils appartiennent á deux générations différentes. D’ailleurs, l’original etait fondé en Haiti au beau milieu des années 50, le second  á Brooklyn, New York á la fin des années 60  et le troisième á Port-au- Prince en 1972.

En Haiti, les deux frères, Paul et Georges Kahara en conjonction avec Ti Napo fûrent les pionniers de ce mouvement, au moment ou une campagne électorale évoluait avec fracas. Dans toute la République, les sons des voitures DKW,. Jumelle, Fignolé, Dejoie, Duvalier, Antonio Thompson Kebreau  et autres préocuppaient les esprits. Malgré que des bombes éclatèrent un peu partout, la population se frayait du temps pour se détendre et Latino fut l’une des sources de loisir. Latino survit malgré toutes les menaces de l’époque et animait des fêtes privées.                                                                                                         

Le trio que j’ai mentioné plus haut n’attendra pas longtemps pour ajoutter ặ leur formation Jean Muci, Raymond Marcel et Maxime Castera. Ainsi ,  d’apres ce que rapporte les aines, la premiẻre formation  de l’ensemble Latino vit lejour.

Compose de Paul Kahara accordeoniste, Georges kahara, guitariste, chanteur, Raymond Marcel, trompétiste, Ti Napo, bongo, Maxime Castera, Tambourineur et Jean Muci, bassiste, ces jeunes musiciens se fîrent applaudir partout et ensorcelèrent le publique haitien avec leurs suites de sons.
    
Il est curieux de constater que Latino n’a pas échappé á la règle qui façonne les ensembles ou groupes de quartiers de notre terroir. Comme plusieurs orchestres qui le précedent et d’autres qui l’ont suivi, Latino évoluait d’abord dans les salons, puis dans les boîtes de nuit et provinces d’Haiti. Toutes fois, cette première formation de Latino exécutera des chansons sattiriques que  plusieurs générations continuent de fredonner. Biliwin, Machann Kokoye, Bwa mayi ou Devine en sont les preuves. D’ailleurs, Schleuschleu, Ti Paris, Jose Tavernier et autres ont interpretes quelques unes de leurs chansons. Cependant, l’une des meilleures compositions de Latino demeure encore aujourd’hui“ Privé de toi” . Ce cri de regrets, d’angoisses profondes, ce besoin de dire, de s’exprimer de concert avec les accords harmoniques mettent en relief toute la magnificence de cette composition. Mais, á qui revient la paternité de ce texte succinte et clair, de cette mélodie envoutée d’émotions? Revient elle á Gerard Colin, Paul Choisil ou Paul Kahara, de regrettéés mémoires.

                                                        Privé de toi
                                                       Je suis dejà désolé
                                                       Car notre amour s’est envolé
                                                       Je sais que j’ai eu tort de t’abandonner
                                                       Chérie , il faut me pardonner

                                                       Tout n’est que chimère en ce monde
                                                       Frappant tour àtour à la ronde
                                                       Un jour tu rencontreras mon amour
                                                       L’être auquel tu dois t’unir

 A Mario De Volcy, j’ai adjugé la tâche d’investiguer la paternité de cette pièce musicale. Il passa près de trois mois àquestioner quelques anciens musiciens de l’original Latino et plusieurs ainés, témoins de l’époque. Après ces mois d’investigations, les résultats que Mario obtînt suggèrent que Paul Choisil fût le compositeur de ce joyau musical.

 Dans une entrevue accordée à Radio Cap Haitien au fontispice des années 80, Webert Sicot declara qu’on fît appel à lui pour dirriger Latino. Cependant après quelques répetitions, il s’est rendu compte que ces messieurs bétisaient; il passa á l’action et s’emparra de l’orchestre. Il fît quelques remaniements et baptisa l’orchestre du nom de Webert Sicot.

    Une des photos de l’ensemble Latino

Orchestre Latino

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Le second Latino nait à Brooklyn, New York à la fin des annees 60. Composé de Weiner Smith- chanteur- compositeur, Ernst Perin-Vocal-Sax et guitarre, Frantz Michel-Sax, Frantz Thales-Basse-Guitare, Ronald Smith, Gutarre solo-Basse, Antoine Alcindor-Batterie, Robert Jean Félix et Joel Smith, Tambour et Tam-Tam. Dans un temps assez court, le groupe Latino a enregistré trois disques portant le label MARC-MDV records. Vous vous souvenez sans doute de leur dernier album  ou une de leurs chansons reflétaient certaines charactéristiques des compositions de l’original Latino.

                                              Notre Damme de la victoire
                                              J’ai pleuré les larmes aux yeux
                                              Ecoutez cette prière
                                              Pour enterer l’esclave
                                              La vierge Marie
                                              Priez pour nous

                                              Ti kle monte
                                              Ti kle desann
                                               Kle de fa
                                              Kaseus Kle

 Latino renaît à la rue d’Ennery, tout près de la place Saint Anne en 1972 avec Jean Robert Damas, Jean Michel Ulcena, Jean Félix, Bertholiny Jean Francois. Tout au long de cette renaissance, ces musiciens interpréterent tous les tubes de l’original Latino et performèrent dans des boîtes de nuit et des kermesses chez les Soeurs Marie Anne. Cependant, cette formation de Latino ne fera pas long feu car, le départ de trois musiciens du Bossa Combo facillitera l’embauchement de Damas, Bertholiny et Ulcema.. Avec ces nouveaux musiciens, Bossa connût une première envolée.  

 

                                                                                                   Adrien B. Berthaud