an image
Petite causerie sur La  Méringue Haitienne

     Il nous a été adjugé par le Président de l’association HOHS, Mr  le Docteur Pierre Alix Haspile, la tâche de vous présenter une petite causerie sur la méringue Haitienne. Cette présentation nous permettera de véhiculer quelques informations qui reflettent ce genre de musique qui, selon certains critiques, devient désuet, surrané ou érroné.

     Dans une première partie, on va pouvoir démontrer comment le mot Méringue ait connu différentes connotations à travers le temps et l’espace. Nous essairons aussi de graviter autour de différents styles de Méringue, leurs cadences et certains artistes qui ont contribué à l’embellisement de cet héritage culturel. Dans une seconde partie, l’aspect social de la méringue sera mis en relief dans toute sa splendeur par Marc Mathelier, virtuose de la guitarre.

    Méringue: Quand ce mot résonne a vos oreilles, à quoi pensez vous? Si vous recherchez ce thême dans un dictionaire Francais, vous verrez que cela ne désigne pas une danse où un genre de musique. Le mot méringue désigne plustot’ une sorte de patisserie légère à base de sucre et de blancs d’oeufs que l’on fait cuire à feu doux.

    Serait il le  groupe carnavalesque fondé par Antoine Duverger pendant les années quarante.?

    Il fut un temps au Congo, lorsqu’on se réferrait à une femme méringue, il s’agissait d’une prostituée. Alors dans le contexte haitien qu’est ce que ce mot veut dire?. Serait –ce le Compas Direct, ce dérivé de la méringue Dominicaine ou la Cadence Rampas, un extrait du Compas Direct qui se différencie de ce dernier par ses phrases musicales assez longues et sa guitarre de style Rock and Roll. D’ou vient il ce mot qui hante bon nombre d’entre nous et qui a suscité pas mal de contreverses dans notre monde culturel?

      Comme nous rapporte l’histoire, discipline scientifique qui s’assigne de façon objective à réveler le passé humain. Le musicologue, Jean Fouchard dans son livre titré’ La Méringue Danse Nationale D’Haiti’, nous fait remarquer que le mot ‘ Méringue’ avait pris naissance à Saint Domingue vers la fin de la colonization et fut introduit par les esclaves Mozambiques lors de la traite des noirs. Ce mot écrit-il vient d’une danse Bantoue nommée ‘Mouringue”

     Sténio Vincent  de son coté, musicien, ancien magistrat de Port-Au Prince  et Président D’Haiti s’est basé sur cette assertion “ Tout se fait en immitant” pour éliciter la théorie suivante dans son livre “ La République D’Haiti Telle Qu’elle Est”. Il est très probable que c’est en voyant leurs maitres danser  le Fandango que les esclaves des anciennes colonies Espagnoles finirent par les imiter et inventer la Danza. C’est en observant leurs maîtres que les esclaves en voyant leurs maîtres danser la Polka l’avaient probablement modifiée pour la faire devenir la Chica (danse Affricaine d’origines guerrières ) et c’est en modifiant la Chica que les esclaves de Saint Domingue finirent par inventer le Carabinier dont est née la Méringue qui est devenue une danse nationale.

   Le Docteur Constantin Dumervé, l’auteur de ‘ Histoire De La Musique  En Haiti’ rapporte au chapitre dix de ce livre une assertion du musicologue, pianiste, Dr Frank Lassègue. Appuyant les avances du Dr Lassègue, le Docteur Dumervé s’accorde avec l’idée que le mot méringue aurait pour origines deux mots Anglais remontant à l’époque coloniale” Merry ring” significante de danse joyeuse. Comme vous avez pu constater, le mot Méringue veut dire tout un monde de choses et il est important à ce que son origine soit sujette à questions. 

     Pendant la seconde moitié du dix neuvieme siecle, la méringue projetait l’allure d’une musique raffinée où l’influence de Cécile Chaminade (1857-1944) et Louis Moreau (1829-1869) était percue par l’ouie. A cette époque, les deux cousins, Albert Grandville, Fernand Frangueul et Mauléart Monton étaient à la une. Ce dernier, l’auteur de la mélodie, “Choucoune” traduisit ses sentiments en tilisant des mesures à deux temps imprégnees de quintolets. Cependant, au fil des ans, on a pu constater que cette forme d’écriture réguliere est devenue la base de la méringue Haitienne. Alors, pour codifier et symboliser ce trait, Occilius Jeanty, père et fils, écrivirent une grammaire musicale en 1888 (Paris Librairie Evangelique).

     En 1904, Théramene Menes, compositeur, théoricien, profésseur de musique au Lycée Alexandre Pétion, contriarement aux Jeanty, préférait le two steps; la musique syncopée Américaine. Aux travers de ses échanges d;idées ou d’opinions, la méringue fut bifurquée en deux branches. L’une revet l’allure d’une musique romantique que l’on jouait dans les salons don’t les precursseurs furent Michel Mauléart Monton 1855-1898, Justin Elie, 1883-1931, Ludovic Lamothe, 1852-1953 et Occide Jeanty Fils 1860-1936. Cependant, la deuxieme branche de la méringue fut influencée par les Duroseau, Lyncée 1859-1936 et ses deux enfants Fabre et Arthur. Les Duroseau s’exhibaient en interpretant de la musique sautillante, une méringue qui se dansait à l’anglaise, c’est à dire; en sautant. En face de ses courants d’idées, il paraissait que Sténio Vincent se fut alligné du coté de Théramene Ménes et des Duroseau parcequ’il avait cité Ménes dans son livre” La République D’Haiti Telle Qu’elle Est”. Qu’est ce à dire de la citation suivante?    

     Maintenant, nous prenons la liberté d’ajouter que, nous aussi, nous avions sacrifié au “quintolet” mais , depuis l’importations des two steps Américains, nous avions reconnu notre erreur et nous avions éssayer d’adopter pour noter notre méringue la méthode Américaine. Nous disons que la méthode Américaine  est bonne pour rendre nos pensées mélodiques  plus agréables dans la méringue  parceque le two steps, en somme , n’est que de la méringue écrite correctement et danser à l’anglaise.                                           

     Cependant, il demeure certains que la méthode utilisée par Michel Desgrottes (1925-1994) pour écrire “Destin’ que Nemour Jean Baptiste et Pierre Blain ont gravée sur disques appartiennent aux Jeanty. Luc Jean Baptiste utilisa la même formule pour composer “Dianne”, Kiki Wrainright, ‘Haiti Mon Pays” et il en est de même pour Francois Guignard, 1904-1979, qui immortalisa Adeline, sa fille bien aimée. Dans cette même lignée de notation, Antacidas O. Murrat, 1915-1988, nous dota de “ Soirée Perdue, Soirée Gonaivienne, Irene qu’il écrivit pour sa femme,  et Fleur De Mai, mélodie reprise par Gina Dupervil en 1993”.  Quand j’ai entendu la nouvelle version de “Fleur De Mai, je ne pouvais m’empêcher d’écrire une lettre au producteur de ce  disque audionumérique où Fleur de Mai est interprétée en boléro.

     Nous ne saurions minimiser ou ignorer l’approche du Dr Charles Dessalinnes dans son disque titré “ Charles Dessalines Et Son Sax Tenor”, ou Bernadette, méringue lente ou langoureuse, composition de Delyle Benoit des Gonaives , a été mise en relief (RID104).

Que dire du travail de Eddy Prophete après des années d’absence de la scene musicale Haitienne?   Son premier compact titré Katso, paru sur le label Mini Records en 1995, lui a permis de redorer ses blasons en interpretant au piano solo des thêmes de la méringue Haitienne aromatisées avec du Jazz. Eddy sur ce disque audionumérique une tradition musicale presque oubliée.

    Je crois fermement, comme le Docteur Constantin Dumervé que la méringue, musique des colonies Espagnoles et D’Haiti n’est méprisée que par des musiciens qui n’ont pas suffisamment de théorie pour la comprendre. Il est évident,  qu’au fil des ans on a pu reconnaitre  trios styles de méringues:

 

  • La mélodie lente ou langoureuse ( Fleur De Mai, Choucoune, Souvenirs D’Haiti  de Othello Bayard, Haiti Chérie de Marcel Sylvain et Cité Du Cap Haitien de Ulrick Pierre Louis.
  • La mélodie vive, le Compas Direct, la Cadence Rampas et certains rythme Ama tonel, Nibo de Ludovic Lamothe, mélodie exécutée avec une impression vive( Edner Guignard  et Son Orchestre/ Les Belles Méringues D’Haiti, MarcCD400.
  • La mélodie forte ou meringue carnavalesque. Nibo de Ludovic Lamothe exécutée avec une impression furieuse, Zizipan de Occide Jeanty, Men Jet la de webert Sicot et Tou lumen de Nemour jean Baptiste.
  •                                                                                                                                                                                                                                             Pour terminer, j’aimerais parodier le Dr Dumervé en disant que ‘la méringue se caractérise par le mélange de trois élements distincts: Une inspiration rythmique de l’Affrique, une exhubérance Espagnole et une élegance francaise qui prévaut comme un héritage du passé colonial.